Le festival Les Eurockéennes s’est offert quatre jours de musique, mais aussi de spectacle avec quelques humoristes à l’affiche, du 4 au 7 juillet sur la presqu’île de Malsaucy. L’occasion pour MZK d’assister à de nombreux concerts, nous offrant alors plusieurs découvertes musicales des plus agréables.

 

The Hu et son metal mongol 

Et oui, nous sommes allés voir The Hu. Le groupe venu de Mongolie est composé d’un guitariste, d’un bassiste et d’un chanteur mais aussi de deux musiciens accompagnés de leur morin khuur. Vous ne comprenez pas ce terme ? C’est normal, c’est en ancien mongol. C’est le nom donné à cet instrument traditionnel mongol, qui se joue comme un violon mais se tient comme une guitare. Il existe aussi l’ikh khuur, qui cette fois-ci ressemble plus à une contrebasse. Bref, outre des instruments originaux, leur musique l’est aussi. Alliant des sonorités mongoles avec des riffs metal, le public a vite été conquis par ce style unique. Pogo et reprise des morceaux en chœur par la petite foule, The Hu ne regrettera pas d’être passé par les Eurocks pour leur première tournée européenne.

 

Hubert Lenoir, vintage mais neuf

Le Québecois s’est installé sur la scène « La Plaggia » le samedi 6 juillet. En un show d’une heure, Hubert Chiasson dit Hubert Lenoir s’affirme et séduit le public. Mettez un saxophone, des guitares alternant son clair et distorsion, une batterie, un clavier et vous mélangez le tout avec une voix tantôt féminine tantôt provoquante : vous obtenez la recette d’Hubert Lenoir. Son style nous offre un rock vintage, mais pourtant rafraichissant et nouveau. Comme un résumé de son concert, l’artiste conclut avec « Fille de personne II », titre qui a connu un certain succès, puis propose une version plus metal du morceau avec « Fille de personne III ». Un concert qui se finit comme une cerise posée sur un gâteau.

 

Jain fait son tour du monde

On l’entend partout à la radio ou à la TV, alors plus besoin de présenter Jain et son fameux « Makeba ». Intrigués par ce qu’elle pouvait proposer en live, nous sommes allés à son concert. La courageuse Jain est seule sur la Mainstage pendant 1h15. Après avoir vu de nombreux groupes, voir une scène quasiment vide nous fait peur. Mais le concert commence et on comprend vite qu’il n’y a aucun souci à se faire : Jain occupe l’espace, et on ne s’ennuie pas. Elle nous fait alors voyager avec ses morceaux s’inspirant de la scène électro, mais aussi et surtout de sonorité orientale ou africaine. La chanteuse française joue avec son public et le fait participer que ce soit pour danser ou pour chanter. On connait tous le fameux « à vous » lancer par le frontman en plein show, mais Jain va plus loin. Armé de son micro, Jain va au contact de son public et les fait chanter dans celui-ci. Les voix de plusieurs spectateurs maintenant enregistrées, elle les diffuse en boucle pendant qu’elle aussi chante. La foule n’est plus spectatrice mais devient les chœurs d’un titre !