Ce vendredi 27 septembre et ce samedi 28 septembre, le Rack’am, petite salle chaleureuse de Brétigny-sur-Orge, organisait son petit festival “Le Rack’estival”, qui accueillait en tête d’affiche le premier soir Suzane, et le deuxième soir Chilla. Nous étions donc présents pour ce fameux deuxième jour !

 

          En première partie, une jolie découverte : Songe. Jeune chanteuse d’origine guadeloupéenne, elle nous sert des chansons en anglais et en français, penchant fortement dans le rap dans l’interprétation. Elle utilise d’ailleurs le vocodeur, typique du genre sur certains morceaux, ce qui donne un aspect assez atmosphérique à sa musique, surtout sur quelques-uns dont l’instru fait fortement penser à de la synthwave (les synthés qui tâchent des années 80). Sa voix naturelle me fait un peu penser à Jorja Smith, avec des accents d’Alicia Keys par moments, mais elle a sa propre touche bien sûr. Franchement, j’ai été très agréablement surpris par la qualité de cette première partie, cette artiste est à surveiller de près !

          Mais il faut l’avouer, celle pour qui la salle était remplie c’est Chilla, et elle a su répondre présente pour défendre son nouvel album MŪN. La taille modeste de la salle lui a permis de rendre son concert très chaleureux et convivial, j’ai pu sentir qu’elle partageait ce moment avec tout le monde avec un énorme plaisir. Son rap est bon, parfois doux, parfois plus sec. En effet, elle est capable de passer d’un registre R’n’B calme et mélancolique avec un morceau comme Coeur sombre ou Aimer, à un gros banger qui fait sauter tout le public comme Règlement Space #10 ou Sale chienne. Le public est conquis, et au passage très diversifié, on croise tous les âges, j’ai vu des quinquagénaires, des quarantenaires, voire plus vieux, tout comme des adolescents et quelques enfants. D’ailleurs cette tranche d’âge des 12-17 ans est celle que j’ai le plus recensée dans la salle, et je trouve que c’est assez représentatif de l’audience de Chilla. Mais c’est fascinant de voir les plus âgés connaître aussi bien les paroles de ses chansons que leurs gamins qu’ils accompagnent au concert. Sinon, la rappeuse sait très bien occuper les moments entre chaque morceau, car tout le concert est parsemé de petits échanges entre elle et son DJ Matou, qui la backe également, avec de l’humour bien trouvé, un moyen assez ingénieux d’amener chaque morceau sur la table. Matou a d’ailleurs sorti un album lui aussi, si ça vous intéresse allez voir, cela s’appelle Dimensions. Pour dire, quand un concert finit sur Une souris verte, ça a toujours un côté mémorable.

 

          En conclusion, Chilla est une artiste efficace, qui est en bonne voie pour faire partie des incontournables de cet univers hip-hop dans lequel à grand coup de pied dans la gueule. Sa tournée débute juste, alors n’hésitez pas à aller la voir si elle passe près de chez vous !

Par Marcelo Engelo

Photos par Alexiane Heurteux & Mathilde Miossec