C’est entre le 11 et le 13 octobre 2018 que s’est déroulé le festival la Fiesta des Suds sur l’Esplanade du J4, entre le musée MuCEM en béton dentelé, et la mer, à Marseille.

Cette année, nous retrouvons une 27e fois le festival, qui avait pour habitude de s’emparer des salles du Dock des Suds, où les rappeurs Vald et Lorenzo étaient venus mettre le feu en mars. Fidèle à sa programmation qui représente l’empreinte culturelle de la ville (qui lui a d’ailleurs valu le titre de capitale européenne de la culture en 2013), la Fiesta nous a laissé succomber aux mondes hétéroclites de ses artistes féminines, aux sonorités rayonnantes de l’Afrique, à la musique énergique de ses artistes locaux, et aux univers uniques de l’electro, de la pop, et de l’indie réunis.

Massilia Sound System, groupe phare de la ville, ouvre le festival avec une énergie toujours aussi positive qu’à ses débuts, sur la scène principale, appelée « Mer ».

La répartition des artistes se fait selon 3 lieux, dont 2 scènes et une zone de « silent concert » où les festivaliers sont invités à porter un casque, et à cadencer leur mouvement à la musique du DJ qui mixe devant eux, sous une immense tente customisée de guirlandes lumineuses et de tissus brillants multicolores.

Tout au long des 3 soirs de festival, la culture africaine est représentée par la chanteuse engagée Oumou Sangare, par l’énergique Baloji, Diron Animal et Voilaa Sound System.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On retrouve dans les artistes féminines les jumelles Ibeyi, d’une authenticité et d’une délicatesse qui laisse sans voix, la chanteuse Jeanne Added, la marseillaise Siska, et une Camille épileptique, inépuisable.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les artistes pop, pop-rock et indie bousculent la programmation. Le groupe belge Girls in Hawaii nous projettent avec finesse dans leur monde décalé, tendit que les niçois Hyphen Hyphen enflamment la foule d’une audace captivante, entraînant même la chanteuse Santa à rejoindre le public à la fin de la performance.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En Electro, General Elektriks enchaîne sur l’electro de son fondateur Hervé Salters, associant funk, soul et blues. Sont présents le producteur français Yuksek, le Dj Vadim et Big Red, le Grand Master Dj Rbel, Prof Babacar, et Everttx du collectif marseillais Twerkistan, aux vibes venues tout droit du Brésil et de la Jamaïque.

Enfin, le festival se termine dans une électro qui envoûte de part ses voyages asiatiques : Fakear nous berce une dernière fois et clotûre le festival multicolore.

Ce diaporama nécessite JavaScript.