Le 12 mai dernier, Metallica s’est emparé du Stade de France pour son WorldWired Tour. L’occasion pour les four horsemen de jouer leur plus gros succès, et d’honorer leur public français.

 

Des premières parties de renom

Les Américains voient toujours tout en grand, et les Californiens de Metallica n’en font pas exception. Pour leurs premières parties, Bokassa ouvrait le bal. Le groupe norvégien de stoner-punk a joué pendant 45 minutes, avant de laisser place aux Nameless Ghouls de Ghost accompagnées de leur fidèle chanteur, Cardinal Copia. Les musiciens masqués se sont imposés face au public qui n’attendait plus Metallica, mais appréciait le Special Guest.

Près de trois heures de concert

Devant 80 000 fans venus de toute la France et d’ailleurs, James Hetfield et ses 3 compères ont foulé la grande scène du Stade pendant deux heures et 45 minutes. Malgré une arrivée des plus basiques (Hardwired en simple crescendo), Metallica a offert à son public un show d’exception. Alternant entre le dernier album et les anciens, les nostalgiques de la grande période du groupe (les années 80 se sont offerts les très reconnus Ride the Lightning, Kill’ Em All ou encore Master of Puppets) sont ressortis du concert conquis. Aucun risque en choisissant de jouer les classiques Enter Sandman, Nothing Else Matters ou encore For Whom the Bell Tolls, mais le groupe est sorti de sa zone de confort en reprenant Ma Gueule de Johnny Hallyday. L’hommage a été très médiatisé, nous ne prendrons pas la peine de disserter dessus. Il est tout de même à noter que Robert Trujillo est devenu en l’espace de quelques minutes le frontman du groupe car c’est bien lui qui a chanté l’hymne du dernier rockeur français.

James Hetfield interprétant Spit out the bone devant ce qu’il nomme la Metallica Family française.

Deux hommages pour le prix d’un

Après avoir honoré le chanteur français, Robert Trujillo était lancé pour mener les troupes. Le bassiste s’est alors offert quelques minutes de jeu entre lui, son instrument, et la foule. Quoi de mieux pour introduire Orion ? Le morceau a été joué en l’honneur de celui qui est à l’origine de cette ligne de basse, Cliff Burton. Mort dans un accident d’un bus de tournée, l’ancien bassiste a eu une grande influence sur la composition des musiques de Metallica, et sur la forte présence de la basse dans de nombreux morceaux du groupe.

Les quatre membres de Metallica saluant les 80 000 fans venus au Stade de France.