Il paraît que c’est beau la folie, et je pense pouvoir affirmer que le concert de Lomepal au Zénith de Paris, ce mercredi 20 février, était fou.

          La salle était pleine, et ce quasiment dès le début de la première partie, proposée par le duo DI-MEH & SLIMKA, puis par le très squelettique Vladimir Cauchemar. Et l’ambiance était déjà présente, surtout pour ce dernier, qui au rythme de sa flûte et de ses platines a su faire shaker les bootys de tout le monde.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

          6000 personnes étaient présentes dans l’enceinte de la salle de concert, ce qui s’est traduit par un public chantant à l’unisson les morceaux d’Antoine, tel une énorme chorale qui ferait passer les gamins des Choristes pour des enfants de choeur. On a donc eu droit à une bonne partie de la tracklist de Jeannine, avec tout de même quelques morceaux de Flip, l’album précédent, tel que Bécane, Malaise ou Club. Et même une très belle version de Yeux Disent, toute en lumières roses (pour évoquer Flip, dont c’était la couleur, au contraire de Jeannine qui s’est approprié un bleu/vert tirant sur le turquoise).

            Mais c’est bien le deuxième album qui était à l’honneur pour cette date du J-Tour, et on a donc pu écouter des morceaux tels que Beau la folie, Mômes, Plus de larmes, ou encore 1000°C, qui était le premier extrait de l’album, et qui était ici interprété deux fois, en ouverture puis en fermeture de concert. Avec notamment la participation du bruxellois Roméo Elvis, venu faire coucou juste avant la sortie de son titre Malade, premier extrait lui aussi de son prochain album Chocolat (sortie en avril).

          Côté invités, assez peu de monde finalement à part Roméo. On note ainsi la présence de Caballero sur scène, mais seulement pour foutre le sbeul avec toute la bande sur Ma Cousin. Le compère de toujours d’Antoine, Yassine Stein, était là pour backer, mais on remarque l’absence de JeanJass et d’OrelSan, en featuring respectivement sur X-Men et La Vérité, au final présents grâce à un filet et un projecteur, tels des hologrammes. JeanJass sera montrera finalement en chair et en os le lendemain, pour la seconde date, à l’inverse de Roméo.

          Point d’orgue de ce concert : le moment où Lomepal interprète son meilleur morceau (de son propre aveu), le très justement nommé Trop beau. Introduit par un magnifique clavier d’abord solitaire, jouant un air qui pourrait s’apparenter à de la musique savante, puis plaquant les accords du morceau, accompagné par le reste de l’instrumentale. Et la suite n’est que communion avec le public, de la beauté pure, de la folie pure, comme quoi… C’est beau la folie.

Par Marcelo Engelo

Photos par Maxime Maitre

Pour voir Lomepal en concert : https://www.infoconcert.com/artiste/lomepal-121672/concerts.html