Depuis que je l’ai vu il y a maintenant plus d’un an au Moulin de Brainans, j’avais hâte de revoir Disiz la Peste en concert. Cette date de la tournée Pacifique était tellement intense et géniale, je crois que je m’en rappellerais toujours, et je pense pouvoir affirmer que ce Zénith de Paris, pour la tournée Disizilla, je m’en souviendrais tout aussi bien.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

          La salle n’était malheureusement pas pleine pour le rappeur d’Évry, mais cela ne l’a pas empêché de nous livrer un vrai spectacle, et de nous toucher et de nous réchauffer le coeur à tous, que ce soit avec des bangers bien lourds, tels que le dyptique Mastodonte/Hendek, sur fond musical de films de kaijus japonais (la toile de fond du dernier album), ou avec des morceaux plus personnels comme Terre promise ou Tout partira (le meilleur morceau de l’album selon moi), et enfin Ulysse, pour lequel il a invité une de ses filles à chanter devant des milliers de personnes, elle qui le faisait déjà sur le disque.

          Mais comme le hasard du calendrier a fait que quelques jours auparavant l’album Pacifique (le précédent, sorti en 2017) devenait disque d’or, il lui a fait la part belle en interprétant quelques-uns des morceaux de sa tracklist, tels que La Fille de la piscine, Autre espèce, Splash ou Carré bleu.

          C’était donc un concert spécial auquel nous avions droit, nous les chanceux, nous les élus, qui étions là pour soutenir un artiste qui mérite qu’on s’intéresse encore plus à lui, qui mérite que les projecteurs se retournent vers lui à nouveau, pour qu’il puisse être en mesure de nous faire partager son art sublime pour encore longtemps. D’autant plus qu’il était seul sur scène, car aucun invité n’était à signaler, même sur les quelques duos interprétés ce soir-là, à savoir Go Go Gadget (de l’album Extra-Lucide sorti en 2013) où l’absence d’OrelSan a raccourci le morceau, et Cercle rouge (sur Disizilla) où Niska s’est fait entendre via l’enregistrement de l’album.

          Disiz c’est une expérience à vivre en vrai, comme il le dit si bien, en concert c’est un titan, faut le voir pour le croire ! Donc vous savez ce qu’il vous reste à faire…

Par Marcelo Engelo

Photos par Logan Wyckhuys

Instagram : @disizfr

Twitter : @Disizfr