Yonaka + Fever 333 + Bring me the Horizon

Alexandra Palace, Londres – 29.11.18

Quelques mois seulement avant la sortie de leur sixième album Amo (sortie prévue le 25 janvier 2019), le quintette de Sheffield Bring me the Horizon parcours le monde pour un First Love Tour mémorable. Ce 29 novembre 2018, ils se produisent dans la mythique salle de l’Alexandra Palace, pour un show teinté de nostalgie. Bring me the Horizon est soutenu par Yonaka, groupe prometteur de la scène rock anglaise et un Fever 333 infatigable.

La formation brightonienne Yonaka ouvre le bal de cette soirée pour le peu inattendue tant les possibilités sont vastes. Le set débute sur le puissant « Own Worst Enemy » sorti quelques jours auparavant sur l’EP Creature. Le ton est donné ! S’ensuit l’enivrant, mais pas moins énergique « Ignorance ». La prestation est menée d’une main ferme par Theresa Jarvis, tenace frontwoman au chant. Cette dernière n’hésite pas à s’engager dans un face-à-face avec George Edwards, guitariste, pour le plus grand bonheur du public dissipé. Dans une énergie débordante, Alex Crosby, bassiste, donne tout sur les titres « Waves » et « Drongo ». « She’s Not There », reprise sombre de l’indémodable Zombies ravi le public que l’on aperçoit chantonner. Quant à Robert Mason, il matraque sa batterie au son de « Creature » ou encore « Fired Up », deux titres phares du groupe. Le set se termine par « Fucking with the Boss », catchy, qui retourne la fosse, côté son, on retrouve un Mason qui ne sait plus où donner de la tête, alternant batterie et sampler. Tout est joué live ! Le public semble conquis par ce Yonaka puissant, venu de Brighton. Le groupe a très nettement su montrer son enthousiasme, immédiatement retransmis par le public.

Setlist Yonaka :

  1. Own Worst Enemy
  2. Ignorance
  3. Waves
  4. Drongo
  5. She’s Not There (The Zombies cover)
  6. Creature
  7. Fired Up
  8. F.W.T.B

Photographies : Madeline Rome

Fever 333. Difficile de trouver mieux. La fièvre est nettement montée lors de cette deuxième introduction. Pour l’histoire, Fever 333 est composé de Jason Butler (chant, ex-Letlive), Stevis Harrisson (batterie, ex-The Chariot) et Aric Improta (guitare, Night Verses), rien que ça. À l’écoute de l’EP Made in America, sorti le 23 mars dernier, nous nous attendions à un show explosif. Mission largement accomplie et bien plus encore. Le show commence fort, Butler fait son apparition sur scène, accompagné de ses musiciens, habillé d’une tenue de prisonnier, un sac sur la tête sur fond musical angoissant. Le message politique est incendiaire mais teinté d’espoir. Ils ont à coeur de rendre le monde meilleur, bannissant l’injustice. « Burn It » démarre. La bête est lâchée. Butler est impressionnant dans son rôle de showman, enchaînant screamers, sauts sur scène, mouvements de tête. On ne l’arrête plus, le public non plus. Le reste du set s’assemble et se ressemble, le groupe se déchaîne, proposant des sons incisifs, une voix hallucinante, le pit bouillonne, on en oublie presque le temps qui passe. Jason Butler occupe tout l’espace, il n’hésite pas à bondir de scène pour saluer le pit (« We’re Coming In »), ni même à chanter la tête dans une caisse de batterie, avant de la balancer sur scène. Impressionnant. La formation s’éclipse. Une chose est sûre, nous avons déjà hâte d’écouter le premier album du combo, il s’intitulera Strength in Numb333rs et sera disponible le 18 janvier prochain.

Setlist Fever 333 :

  1. Burn it
  2. We’re Coming In
  3. Made an America
  4. One of Us (with Yonaka)
  5. Beatbox & Drum solo
  6. Trigger
  7. Walking in my Shoes
  8. Hunting Season

Photographies : Madeline Rome

Après une longue entracte, place aux maîtres de cérémonie. Une introduction musicale se fait entendre. Bring me the Horizon laisse durer le suspense. C’est sur un jeu de lumière déjanté qu’Oli Sykes et ses comparses font leur apparition sur le dynamique « Mantra ». Il s’agit du premier single du très attendu sixième album Amo, sortie prévue pour le 25 janvier prochain. Le public connaît déjà les paroles par coeur. Le set est parfaitement bien équilibré. Le groupe enchaîne des morceaux de leurs deux derniers albums en date : That’s the spirit et Sempiternal. Le public s’enflamme, les larmes aux yeux au son d’« Avalanche », paré d’une scénographie incroyable mêlant machines à fumée et jets de confettis. Dès les premières notes, l’hymne « Sleepwalking » fait bouillonner le pit. Les guitares et la batterie sont prodigieusement mises en avant, voire trop, ne laissant finalement que peu de place au reste. « Wonderful Life », deuxième titre du futur Amo résonne désormais, le public semble plutôt bien accueillir le nouveau départ de Bring me the Horizon. Le groupe s’éclipse de scène, le temps pour les ingénieurs de mettre en place la suite du show.

Le logo s’illumine dans le fond, tandis qu’un interlude musical débute. Le rectangle lumineux présent depuis le début est finalement descendu, il prendra différentes couleurs et changera de position tout au long de la soirée. Oli et sa bande reviennent pour un « Shadow Moses » des plus puissants, la voix du frontman se noie dans une cacophonie de percussions imposantes. C’est sur un « happy birthday » retardé qu’Oli termine son discours. Quelques secondes plus tôt, il racontait son 32ème anniversaire à Amsterdam où un medley lourd des morceaux de l’ancienne ère du groupe (« The Comedown », « Medusa », « Diamonds Aren’t Forever », « Re : They Have No Reflections »), ont pu être ré-entendus live par le public. Le groupe veut nous faire vivre ces sensations. Le show continue sur « Follow You », le groupe demande à son assemblée de s’élever sur les épaules de leurs voisins. Une véritable connexion s’établit.

Oli clôture le set par un “good night”, nul doute qu’il s’attendait à rebondir sur scène pour un rappel largement réclamé ! « Doomed » est finalement scandé par le groupe, très aisément soutenu par son public. L’émotion est au rendez-vous, « Throne » clôture la soirée dans une ambiance chaleureuse. À la demande du frontman, le public s’agenouille sur le premier couplet, main dans la main (pour ne pas perdre l’équilibre) avant de jumper en masse et de faire trembler le plafond de l’Alexandra Palace. Le First Love Tour s’achève, mais qui sait, le groupe nous réserve peut-être une surprise pour cette fin d’année, à en croire les caméras présentes sur scène tout au long du show. Rendez-vous est pris le 25 janvier prochain pour la sortie du sixième album Amo. Bring me the Horizon souhaite désormais étendre son univers et faire résonner leur musique à plus d’oreilles. Quant à Fever 333 et Yonaka nous avons hâte de les retrouver sur leur tournée respective.

Setlist Bring me the Horizon :

  1. I Apologise If You Feel Something (tape)
  2. Mantra
  3. The House of Wolves
  4. Avalanche
  5. Go to Hell, for Heaven’s Sake
  6. Sleepwalking
  7. Wonderful Life
  8. Shadow Moses
  9. Happy Song
  10. The Comedown / (I Used to Make Out With) Medusa / Diamonds Aren’t Forever / Re : They Have No Reflections
  11. Can You Feel My Heart
  12. Follow You
  13. Antivist
  14. Drown (acoustic)

Rappel :

  1. Doomed
  2. Throne

Retrouvez ci-dessous « Mantra » de Bring me the Horizon :