Bien le bonjour !

 

        Je crois bien que ce Disquaire-ci, je le prépare depuis le tout début. L’album dont je vais vous parler est peut-être bien le plus précieux dans ma collection de vinyles (comprenez celui que j’essaierais de sauver en cas d’incendie dans ma chambre, même si c’est pas recommandé par les dermatologistes et les pompiers). Et cet album il a été créé par le magnifique groupe nommé Fleetwood Mac, toujours en activité aujourd’hui, même après une création dans les années 70. Et l’album s’intitule Rumours, et a vu le jour en 1977. Il a récemment connu un regain d’intérêt, de par l’utilisation de certains de ses morceaux dans des films récents (par exemple Les Gardiens de la Galaxie Vol.2), ou l’apparition de Stevie Nicks, l’une des chanteuses du groupe, dans la série American Horror Story : Coven. Il est spécial notamment car il a mis quasiment une année entière à être enregistrée. En effet, les différents membres du groupe ont vécus des temps difficiles, en particulier dans leurs relations entre eux, et cela n’a fait qu’influer sur leur musique, et ainsi, rendre l’album encore meilleur qu’il ne l’aurait été si tout avait été pour le mieux dans le groupe. Mais sur ce, penchons sur quatre de mes morceaux préférés de ce disque qu’il faut absolument écouter.

© Warners Bros. Records (1977)

 

          Commençons par Go Your Own Way, écrit par le guitariste et chanteur Lindsey Buckingham. Pour la petite histoire, c’est une chanson de rupture, adressée à Stevie Nicks, petite amie de longue date de Buckingham jusqu’à l’enregistrement de Rumours. Et Nicks lui répondit d’ailleurs, dans une chanson dont je parlerais un peu plus tard. Musicalement, c’est une chanson de pop-rock, avec un aspect country que l’on peut décerner si on tend l’oreille (Fleetwood Mac étant souvent catalogué comme groupe de country). Je trouve que la guitare retranscrit parfaitement la frénésie que ressent l’artiste, relative à la fin de sa relation amoureuse. Et la manière qu’il a de chanter son texte renforce cela, on l’imagine parfaitement dans le studio d’enregistrement, en train de la fixer derrière la vitre, tout en ouvrant son coeur au micro. Lui disant de s’en aller, de vivre sa vie sans lui. En bref, cette chanson met bien dans l’ambiance de l’album, et on peut difficilement l’écarter.

 

          Là on arrive sur du lourd : The Chain. Écrit et composé par tous les membres du groupe (c’est-à-dire Stevie Nicks, Lindsey Buckingham, Christine McVie, John McVie et Mick Fleetwood), c’est le seul morceau à pouvoir s’en vanter. Il parle des problèmes relationnels de ces membres, et de leur promesse éternelle de toujours rester ensemble malgré tout (disant qu’une “chaîne” les maintient ensemble). Ce morceau a une énergie qui lui est propre. Il est impossible pour moi de le zapper quand je tombe dessus sur mon mp3. Et rien ne vaut le sentiment provoqué par la basse à mi-morceau, à fond dans une voiture. Rien. C’est un incontournable, que dis-je, un indispensable à une culture musicale digne de ce nom. Légendaire.

 

          Un morceau plus doux ensuite, mais que j’affectionne beaucoup : Oh Daddy. Vous l’avez peut-être découvert si vous avez regardé la série The End Of The F***ing World (dans l’avant-dernier épisode). Ça parle de la relation entre Mick Fleetwood et sa femme Jenny Boyd, qui s’étaient remis ensemble avant l’écriture du morceau. Christine McVie écrit la chanson, les autres appelant Mick “Daddy”, lui qui était le véritable chef, celui qui les faisait tenir en place (la fameuse chaîne sans doute).  C’est planant, aérien-même, et on s’imagine facilement l’écouter en marchant lentement sur une plage au coucher du soleil… Une vraie bouffée d’air frais.

 

          Mon morceau préféré de l’album, et de toute la carrière de Fleetwooc Mac, le voici, c’est Dreams. Je parlais plus tôt de la réponse de Stevie Nicks à la chanson de rupture de Lindsey Buckingham, et il s’agit de celle-ci. Elle est globalement d’un ton plus positif que l’autre, lui disant, pour résumer, qu’il est libre de faire ce qu’il veut, qu’elle n’a pas le droit de l’empêcher d’être heureux, même si c’est sans elle. Je trouve vraiment cette chanson magnifique, bien qu’elle soit simple. Elle a peu d’accords, elle a été écrite en dix minutes sur un petit clavier, mais le groupe en a fait un arrangement unique, et ce n’est pas pour rien que c’est un de leurs titres ayant eu le plus de succès. Et je trouve également qu’on ressent l’émotion dans la voie de Nicks, et ça me rend personnellement nostalgique d’une relation qu’au final je n’ai jamais vécu, et ça, c’est puissant. Et ce qui est encore plus puissant, c’est la version acoustique qui existe également, appelée “Take 2”, et qui est elle capable de me mettre les larmes aux yeux. Une chanson éternelle.

 

          Bonus : Alors normalement cette chanson ne devrait pas être en bonus, vu qu’elle a été écrite par Stevie pour Rumours. Mais malheureusement elle ne finit pas sur l’album, et dut attendre la sortie du single de Go Your Own Way pour finir sur sa Face B. Et il s’agit donc de Silver Springs. Je n’ai pas envie de trop vous en dire sur ce morceau, sinon qu’il est tout autant capable de me faire verser une larme que Dreams. Et c’est encore une fois impressionnant de leur part. Juste, écoutez cette chanson.

 

          Pour conclure sur Rumours, je pourrais passer des heures et des heures à en parler, mais cet article suffira, je l’espère, à vous donner envie de l’écouter, et à vous intéresser au reste de la discographie de Fleetwood Mac, qui mérite toujours autant le succès après tout ce temps.

 

           Je vous aurais bien dit à dans deux semaines comme d’habitude, mais non, le prochain Disquaire arrivera un peu plus tard, on est arrivés au dixième, il est temps de faire une toute petite pause histoire de faire évoluer un peu le concept, voyez ça comme une saison 2 si vous voulez ! Donc à bientôt, gardez l’oeil ouvert et écoutez de la musique !