A peine plus d’un an après la sortie du carton mondial Evolve, Imagine Dragons a sorti un nouvel opus, Origins. Ecoute et critique d’un album que l’on n’attendait pas si tôt.

Le troisième album d’Imagine Dragons, Evolve, est sorti en juin 2017 et a été suivi par une impressionnante et très réussie tournée mondiale. On s’attendait à voir le groupe prendre un peu de recul et du repos après 1 année et demi très intense. Les américains ont pourtant surpris tout le monde en annonçant au mois d’octobre la sortie d’un quatrième opus, arrivé ce vendredi dans les bacs. Etait-il trop tôt ? Notre réponse est un grand non ! Malgré les délais extrêmement courts, les magiciens de Las Vegas ont (encore une fois) sorti une très belle création, personnelle et diversifiée.

Qu’attendre d’Origins ? En quelques mots, des beats électro présents un peu partout, des rappels discrets à Evolve (« Natural »), Smoke + Mirrors (« Machine »), et Night Visions (« Real Life »), un passage éclair chez The Lumineers (« West Coast »), des balades (« Stuck », « Birds ») et des ovnis, indescriptibles (« Digital »). A retenir également, les textes des chansons, personnels et en lien direct avec les valeurs que défend ardemment le frontman Dan Reynolds à chaque concert ou intervention publique.

 

L’histoire reprend donc avec « Natural« . Le single rappelle fortement l’ambiance d’Evolve: refrain et paroles puissants, même type d’instrumentation et la certitude que le single sera un très fort moment de live. A partir de ce titre, on bascule dans la nouvelle ère d’Origins.

Dan Reynolds choisit de se livrer sans détour au travers de ses textes: l’album aborde aussi bien le poids de la célébrité et le syndrome de l’imposteur, la déshumanisation d’une société 2.0 et capitaliste à l’extrême, que des sujets personnels comme sa relation avec sa femme. Ces thèmes sont bien connus par les membres groupe, et forcément les paroles n’en sont que plus justes, sincères et donc émouvantes. Avec leur succès retentissant de l’année passée, la musique d’Imagine Dragons est parfois réduite, à tort, à sa dimension pop-rock commerciale et très accessible. Origins nous rappelle une fois de plus que leur talent d’auteurs-compositeurs n’est plus à démontrer et que leur univers est bien plus complexe qu’il n’y paraît.

Si quelques titres rappellent les disques passés, la musique du groupe a pris un nouveau tournant. Les beats électro sont généralisés sur toutes les chansons, sans pour autant trop délaisser les instruments organiques. L’exercice d’équilibriste entre leurs influences rock du début et la montée actuelle de l’EDM est périlleux. De nombreux groupes s’y sont d’ailleurs récemment cassés les dents. Imagine Dragons passe le test sans souci; en conservant une harmonie certaine entre le 2.0 et l’organique. « West Coast« , incluant des éléments numériques à la folk à la façon des Lumineers, ainsi illustre bien cette dichotomie. Un peu plus tard, encore plus de contraste sur « Digital« . Les premières lignes de guitare sont vite doublées par l’arrivée de l’électro à toute allure.

Si certains éléments instrumentaux ne sont pas tellement audibles sur cette version studio (on recherche encore les lignes de basse ?), on connaît le talent du groupe pour sublimer chaque morceaux sur scène grâce à de bons arrangements.

L’impression que nous donne ce quatrième opus est celle d’un très beau cadeau musical. Annoncée à la surprise générale, cette galette réussit à dépasser les  attentes que l’on avait placée plus ou moins consciemment sur le groupe. Engagé, sincère et complexe, Origins prend naturellement la suite d’Evolve. Suivant leur propre rythme et envies, Imagine Dragons continue donc de nous dévoiler à leur façon, comme un énième pied de nez aux codes de l’industrie de la musique.

Imagine Dragons – Origins

Origins - Imagine Dragons

  1. Natural
  2. Boomerang
  3. Machine
  4. Cool out
  5. Bad Liar
  6. West Coast
  7. Zero
  8. Bullet in a Gun
  9. Digital
  10. Only
  11. Stuck
  12. Love
  13. Birds,
  14. Burn Out
  15. Real Life