Qu’ai-je donc vu au cinéma cette semaine ?…

 

Au nom de la terre  –  réalisé par Edouard Bergeon

Avec Guillaume CanetVeerle Baetens, Anthony Bajon et Rufus –  Sorti le 25 septembre

Dans les années 90, et depuis une vingtaine d’années, Pierre s’occupe de la ferme qu’il a hérité de son père. Il est soutenu par sa femme et ses enfants, mais la vie est dure pour les agriculteurs et il sombre peu à peu dans la dépression.

Dès le moment pendant l’avant-première où le réalisateur a commencé à parler de ce qui l’avait amené à faire ce film, à parler de son père (dont le film raconte l’histoire), j’ai su que j’allais assister à quelque chose de puissant. Déjà à ce moment-là, il réussissait à m’émouvoir. Eh bien ça n’a pas loupé. C’est très puissant. On suit la descente aux enfers de ce fermier, et on la comprend, on la vit avec lui, Canet est extrêmement bon dans ce rôle. Le film est très juste, et fait réfléchir sur la manière dont on se nourrit en France, tout ce qu’on ne voit pas quand on fait nos courses.

Note :  10/10  –  Une grande claque.

 

 

Rambo : Last Blood –  réalisé par Adrian Grunberg

Avec Sylvester StalloneYvette MonrealPaz Vega et Adriana Barraza  –  Sorti le 25 septembre

Une dizaine d’années après les évènements de John Rambo, le vétéran élève des chevaux dans une ferme de l’Arizona, où il vit avec son amie Maria et sa nièce Gabrielle. Il essaie le plus possible d’avoir une vie tranquille, loin de la violence, mais quand sa nièce se rend au Mexique pour chercher son père, Rambo cherchera à la protéger à tout prix.

Ce film est un petit plaisir coupable. On sent que Stallone a voulu essayer quelque chose de différent avec cet opus, qui ne ressemble en rien aux quatre précédents. On y trouve des éléments faisant penser à Taken, mais je trouve que ça fonctionne parfaitement avec cette image de vieux soldat désabusé que Rambo dégage dans ce film. Niveau action, le film se retient un moment, fait monter la pression, puis lâche tout d’un coup, et c’est jouissif. La fin vaut largement le coup.

Note :  7/10  –  Franchement cool, mais n’emmenez pas vos enfants, et ne mangez pas trop avant, vous le regretteriez.

 

 

J’irais où tu iras  –  réalisé par Géraldine Nakache

Avec Leïla BekhtiGéraldine NakachePatrick Timsit et Pascal Arbillot  –  En salles le 2 octobre

Deux soeurs, une art-thérapeute et une chanteuse, ne se sont pas parlées depuis un an quand leur père les oblige à se rendre ensemble à Paris pour que l’une d’entre elles passe une audition pour devenir choriste de Céline Dion. Mais leur relation compliquée va rendre le séjour difficile, malgré les efforts de chacune pour se supporter.

Une excellente surprise ! C’est très drôle, les personnages sont très attachants, même Patrick Timsit qui d’habitude me donne de l’urticaire, et l’émotion est là, elle frappe très fort.Pascale Arbillot est géniale dans ce rôle dans lequel on ne l’a jamais vue avant. Le duo Bekhti/Nakache est toujours aussi efficace, et je veux qu’elles continuent à travailler ensemble à l’avenir !

Note :  10/10  –  Je pense que vous allez vraiment aimer, c’est facilement du nouveau de Tout ce qui brille (je le trouve même meilleur).

 

 

Bacurau  –  réalisé par Kleber Mendoça Filho et Juliano Dornelles

Avec Sônia BragaUdo Kier et Barbara Colen  –  Sorti le 25 septembre

Il commence à se passer des choses étranges avec la mort de la doyenne d’un petit village brésilien un peu perdu, Bacurau. Elle disparaît des cartes, il n’y a plus de réseau, et un politicien local les harcèle et leur coupe presque les vivres. Mais qu’est-ce qui est le plus étrange, la situation ou les habitants eux-même ?

Je dois avouer que j’ai du mal à m’exprimer sur ce film, tellement il est spécial. J’entends par-là qu’il est inclassable. Il faut bien suivre pour tout comprendre sinon on se retrouve perdu assez facilement, les actions des personnages sont assez farfelues, et certains éléments du scénario sont totalement perchées. Mais c’est tout de même intéressant ! L’image est belle d’abord, les décors brésiliens aussi, et la culture qu’on nous présente assez attrayante. Les acteurs sont tous bons, même si certains sont probablement amateurs, ils s’en sortent admirablement. Au final, on a l’impression d’avoir mangé des space pop-corns devant ce film, mais on passe un moment très sympa.

Note :  7/10  –  Pas mal, un peu difficile d’accès tout de même. Je le déconseille aux enfants, il y a des scènes un peu osées.

 

Rendez-vous la semaine prochaine pour une nouvelle sélection de films, en attendant, allez au cinéma !

Par Marcelo Engelo