Qu’ai-je donc vu au cinéma cette semaine ?…

 

Little Joe –  réalisé par Jessica Hausner

Avec Emily Beecham, Ben Wishaw et Kit Connor  –  Sorti le 13 novembre

Une chercheuse en botanique met au point avec son équipe une fleur capable de rendre heureux les gens qui en reniflent le pollen. Elle la nomme Little Joe, d’après le nom de son fils, Joe. Mais la fleur ne semble que rendre heureux les gens, elle modifie peu à peu leur comportement entier…

J’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans ce film. Sans doute l’univers de la botanique qui ne m’intéresse pas plus que ça, mais j’ai fait un effort pour apprécier le film, et il s’en sort grâce à ses acteurs, la fine fleur du métier (t’as vu le jeu de mot), tous plus convaincants les uns que les autres. Mais sinon, je ne sais pas, l’histoire a un fond intéressant, et le concept est sympa, mais je me suis un peu ennuyé il faut l’avouer.

Note :  6/10  –  Pourquoi pas.

 

 

Le Mans 66 –  réalisé par James Mangold

Avec Matt DamonChristian Bale et Jon Bernthal –  Sorti le 13 novembre

L’histoire vraie de la création de la Ford GT40, dans le but de battre Ferrari, tenante du titre au 24h du Mans depuis six ans en 1966. Pour cela, Ford fera appel à Caroll Shelby (qui créera les fameuses Mustang Shelby GT500, entre autres), qui lui fera appel à Ken Miles, le meilleur pilote qui soit pour ce job, même si ce choix ne plaît pas à tout le monde.

Ce film est une immense tartine de kif dans la gueule. Les 2h30 c’est simple elles sont passées aussi vite que les voitures du film, la fin est arrivée trop vite, j’en voulais plus. Mangold est décidément un excellent réalisateur, il l’avait déjà prouvé avec Walk The Line et Logan, et il le réaffirme avec celui-ci. Le duo Damon/Bale est sublime, un vrai plaisir à suivre.

Note :  10/10  –  N°1 sur le podium de mon admiration !

 

 

Countdown –  réalisé par Justin Dec

Avec Elizabeth Lail et Jordan Calloway  –  Sorti le 13 novembre

Des gens téléchargent une nouvelle application leur permettant de savoir combien de temps il leur reste à vivre. Certains d’entres eux ont encore des décennies devant eux, et d’autres n’ont que quelques heures ou quelques jours… Peuvent-ils changer leur destin, ou bien sont-ils destinés à mourir atrocement ?

C’est un film d’horreur somme toute assez basique. Dans la veine de ces nouveaux films basés sur la technologie, comme Unfriended ou Friend Request. C’est sympa, ça se regarde. Il y a un peu d’humour qui passe bien, il y a des jump scares, beaucoup trop même, et la résolution de l’histoire est plutôt bien trouvée. Mais je sais pas, il faut aimer les films d’horreur, ce qui n’est pas forcément mon cas.

Note :  7/10  –  Sympathique.

 

 

Brooklyn Affairs –  réalisé par Edward Norton

Avec Edward NortonBruce WillsGugu Mbatha-Raw et Alec Baldwin –  En salles le 4 décembre

Un détective atteint de ce qui ressemble au syndrome Gilles de la Tourette (ce n’est jamais clairement dit dans le film) enquête sur la mort de son patron et ami, dans le New York d’après-guerre. Il va se retrouver malgré lui au milieu d’une guerre entre le chef de l’urbanisme de la ville et les habitants des quartiers pauvres new-yorkais.

Pour une première réalisation, Norton s’en sort très bien. Bon, il faut s’accrocher pour bien tout comprendre à l’histoire, car elle est au fond très politique, et on se perd facilement dans les jeux de pouvoir qui tiennent place devant nous. Mais c’est accrocheur, et les personnages sont attachants. L’ambiance jazzy de l’époque est superbe, on a l’impression de regarder un vieux film noir à l’ancienne.

Note :  8/10  –  Un bon film.

 

 

Les Éblouis –  réalisé par Sarah Suco

Avec Camille Cottin, Céleste Brunnquell et Jean-Pierre Darroussin –  En salles le 20 novembre

Camille est une jeune adolescente passionnée de cirque qui se voit devoir y renoncer quand sa famille rejoint une communauté religieuse catholique, qui cherche à l’isoler du monde extérieur, et de l’influence du diable. Elle s’y sent mal à l’aise, et cherchera à s’en échapper au fur et à mesure des années.

Une vraie pépite. J’en suis ressorti les larmes aux yeux. L’histoire est bouleversante, et encore plus quand on sait que c’est inspiré de la vie de Sarah Suco, la réalisatrice, et que des gens vivent le même genre de choses tous les jours. Je trouve ça personnellement effrayant. Et là est toute la puissance du film, c’est de nous montrer cette réalité, et elle frappe fort. Et que dire des acteurs, des monstres de talent.

Note :  10/10  –  Allez le voir s’il-vous-plaît.

 

Rendez-vous la semaine prochaine pour une nouvelle sélection de films, en attendant, allez au cinéma !

Par Marcelo Engelo