Qu’ai-je donc vu au cinéma cette semaine ?…

 

Sonic le Film –  réalisé par Jeff Fowler

Avec James Marsden et Jim Carrey  –  Sorti le 12 février

Sonic est un hérisson bleu capable de se déplacer à des vitesses supersoniques. Mais son pouvoir étant trop grand pour ne pas attiser la convoitise, il vit caché et seul aux alentours d’une petite ville américaine sans importance. Mais il provoque un jour, involontairement, un black-out sur toute la côté ouest, et la ville voit alors débarquer l’armée, mais surtout, le Docteur Robotnik, un scientifique quelque peu excentrique.

Eh bien c’est une bonne surprise. Je n’en attendais pas grand chose, mais j’ai quand-même passé un excellent moment devant ce film, malgré le groupe de gens irrespectueux qui m’encerclaient dans la salle et qui m’ont empêché d’être à fond dedans en se foutant de la gueule du film en permanence et en se penchant devant moi pour se parler entre eux (venez pas au cinéma si vous en avez rien à foutre sérieux). Mais bref, Sonic est attachant, drôle, les personnages secondaires sont bons, et Jim Carrey est génial en Robotnik. Sérieusement cela fait plaisir de le revoir dans un rôle fou comme celui-ci, à la The Mask ou Ace Ventura. Il en fait peut-être un poil trop parfois, mais on lui pardonnera. L’intrigue est simple sinon, parfois trop, et les clichés habituels de ce genre de films sont présents, mais ça passe franchement bien.

Note :  8/10  –  Un bon film ! N’hésitez pas à rester pendant le générique, il y a une scène juste après !

 

 

Monos –  réalisé par Alejandro Landes

Avec Moises AriasJulian Giraldo et Julianne Nicholson –  En salles le 4 mars

Des adolescents colombiens faisant partie d’un groupe de soldats rebelles sont chargés de surveiller et de s’occuper d’une otage, qu’ils surnomment « La Doctora ». D’abord cachés dans des souterrains, une bataille les fait déménager dans la jungle colombienne, où ils sont plus isolés que jamais, et où leur dynamique de groupe sera mise à rude épreuve.

J’ai rarement eu autant envie de voir un film se finir que devant celui-ci. Peut-être n’ai-je simplement pas réussi à rentrer dedans, mais je me suis profondément ennuyé. Alors oui, je reconnais l’investissement des acteurs et de l’équipe, qui ont tourné ce film dans des conditions extrêmes, mais ce n’est pas pour moi. J’avais l’impression de voir le cliché du film de fin d’études d’un étudiant en cinéma qui se prendrait trop au sérieux et qui ferait de l’abstrait pour faire de l’abstrait et parce que le clair et concis c’est trop surfait. Pas ma came.

Note :  3/10  –  Non merci.

 

 

Le Prince Oublié –  réalisé par Michel Hazanavicius

Avec Omar Sy, Bérénice Bejo et François Damiens –  Sorti le 12 février

Un père raconte des histoires à sa fille pour l’endormir, jusqu’au jour où elle grandit, entre au collège, et estime qu’elle est trop vieille pour ça. Il a alors du mal à gérer cette étape de la vie de sa fille, lui qui la voit encore comme son petit bébé. Et dans le monde imaginaire de ses histoires, les personnages font face eux aussi à l’abandon et à l’oubli.

Hazanavicius nous pond ici une jolie fable sur le temps qui passe et sur les relations père-fille. C’est beau, c’est poétique, et c’est très drôle par moments. Certes ce n’est pas aussi bon que ces OSS 117 ou même The Artist, mais on ne s’ennuie pas le moins du monde, et on s’attache beaucoup aux personnages de cette belle petite histoire.

Note :  8/10  –  C’est bien.

 

 

Nightmare Island –  réalisé par Jeff Wadlow

Avec Lucy HaleMaggie Q et  Michael Pena –  Sorti le 12 février

Un groupe de cinq personnes ayant chacune gagnée un concours se retrouve pour le week-end sur une île paradisiaque, Fantasy Island (titre original du film d’ailleurs), qui aurait le pouvoir de réaliser leur fantasme le plus cher. Mais ce n’est évidemment tout à fait pas ce qu’ils croient.

Les films d’horreur c’est très loin d’être mon truc. Mais je me suis laissé tenter par celui-ci car il a des acteurs que j’apprécie, en particulier Maggie Q (Nikita, Designated Survivor) et Michael Pena (Ant-Man, Narcos Mexico, Dora l’Exploratrice) et ils font un boulot admirable. Le scénario réussit à être surprenant, les twists finaux sont malins, et les clichés habituels sont assumés et bien utilisés. Une bonne surprise.

Note : 7/10  –  Plutôt sympathique.

 

 

Le Cas Richard Jewell –  réalisé par Clint Eastwood

Avec Paul Walter HauserSam RockwellJon Hamm, Kathy Bates et Olivia Wilde –  En salles le 19 février

L’histoire vraie de Richard Jewell, qui travaillait comme agent de sécurité aux Jeux Olympiques d’Atlanta en 1996, et qui fut le premier à y repérer une bombe artisanale. Grâce à lui, le nombre de victimes fut drastiquement réduit. Véritable héros, il sera cependant soupçonné trois jours plus tard d’être l’auteur de l’attentat, et le FBI et la presse lui rendront la vie impossible.

Clint Eastwood aime bien ce genre d’histoires, de personnes dépassées et écrasées par des évènements qui les dépassent complètement. Et il a ce don d’en faire des films magnifiques. Celui-ci est particulièrement réussi. Les acteurs sont d’une justesse incroyable, qu’ils jouent des avocats altruistes ou des journalistes totalement dénués d’éthique. Il y a de la puissance émotionnelle dans ce film. Il y a de l’humour aussi, Jewell étant involontairement drôle, mais surtout très attachant. J’avoue avoir eu les larmes aux yeux.

Note : 10/10  –  Magnifique.

 

Rendez-vous la semaine prochaine pour une nouvelle sélection de films, en attendant, allez au cinéma !

Par Marcelo Engelo