Eh bien, ça m’avait manqué tout ça. J’espère que vous allez bien, moi oui, les cinémas ont rouvert et ça suffit déjà à me rendre la vie un peu plus agréable !

Et donc, qu’ai-je donc vu depuis le 22 juin (et aussi la semaine du 11 mars car je n’avais pas jugé utile de faire un article vu que j’avais vu que deux films et que les salles ont fermées juste après) ?

 

L’Ombre de Staline –  réalisé par Agnieszka Holland 

Avec James NortonVanessa Kirby et Peter Sarsgaard  –  Sorti le 22 juin

En 1933, Gareth Jones vient d’interviewer nul autre qu’Adolf Hitler, alors tout juste nommé Chancelier en Allemagne. Il se met alors en tête d’obtenir une interview d’un autre chef d’état d’envergure : Staline. Il débarque alors en URSS, et découvre petit à petit que les Russes ne vivent pas aussi bien que la propagande du Kremlin ne le laisse croire…

C’est une histoire vraie, celle d’un journaliste sans peur qui osa s’aventurer sur des terrains très dangereux. Son histoire est fascinante, il est très bien interprété par Norton. Le personnage de Vanessa Kirby (la Princesse Margareth dans The Crown) est très nuancé, lui aussi magnifiquement joué. Ce que découvre Gareth Jones, aujourd’hui nous en avons connaissance, mais il n’empêche que de le voir mis en scène est extrêmement dur à regarder, mais c’est important de le faire.

Note :  8/10  –  Un bon film, important à voir pour connaître l’Histoire, et surtout un de ses pires épisodes.

 

 

Une Sirène à Paris –  réalisé par Mathias Malzieu

Avec Nicolas DuvauchelleMarilyn Lima et Rossy de Palma –  Sorti le 11 mars

Un jeune crooner officiant sur la péniche-restaurant familiale trouve un soir sur un quai parisien une sirène blessée. Il la recueille chez lui pour la soigner. Elle a cependant un pouvoir particulier : chaque homme l’entendant chanter tombe fou amoureux d’elle, mais meurt ensuite car son coeur explose. Mais le crooner ayant eu le coeur brisé quelques années auparavant, il ne semble pas être affecté.

Un très beau conte, à la fois visuel et musical. On se laisse emporter dans cette histoire tout simplement belle, drôle, et romantique. Les acteurs sont magnifiques, la musique très sympathique, l’image belle.

Note :  8/10  –  Vraiment très sympa.

 

 

 

Filles de Joie –  réalisé par Frédéric Fonteyne et Anne Paulicevich

Avec Sara ForestierNoémie Lvovsky et Annabelle Lengronne –  Sorti le 22 juin

La vie sur quelques jours de trois collègues prostituées. Une mère célibataire dont l’ancien compagnon se montre trop envahissant, une jeune femme noire peut-être un peu trop naïve, et une mère de famille quinquagénaire dont la famille ignore tout de son métier, et qui a des soucis avec sa fille adolescente.

C’est un beau film, qui montre que le quotidien des travailleuses de sexe n’est pas toujours celui que l’on s’imagine. Chacune a une vie et des aspirations différentes, mais au fond ce métier bien particulier les réunit et elles savent se montrer présentes les unes pour les autres, et affronter les pires épreuves. Chapeau aux actrices.

Note : 8/10  –  Très intéressant, bon évidemment, évitez d’y amener votre date Tinder, sinon ça risque d’être assez vite gênant. Pour vous deux.

 

 

Benni –  réalisé par Nora Fingscheidt 

Avec Helena Zengel et Albrecht Schuch –  Sorti le 22 juin

Benni est une petite fille allemande qui a du mal à contenir ses accès de colère. Au point où elle ne peut pas rester très longtemps dans le même foyer. Un auxiliaire de vie scolaire décide de s’occuper d’elle, espérant pouvoir améliorer la situation, et lui éviter l’hospitalisation psychiatrique.

C’est un film dur à regarder. La vie de Benni n’est pas facile, sa famille problématique n’aidant pas. Mais sa relation avec son éducateur évolue de la plus belle des manières au cours du film, et sa conclusion est assez surprenante.

Note : 7/10  –  Pourquoi pas.

 

 

 

Nous, les Chiens –  réalisé par Oh Sung-yoon et Lee Choon-Baek

Avec Park So-DamPark Chul-minLee Joon-hyuk et Kyung-soo Do –  Sorti le 22 juin

Quand un chien se retrouve abandonné dans une forêt coréenne par son maître, il se trouve une nouvelle famille parmi un groupe de chiens eux aussi abandonnés. Il est aussi intrigué par une chienne sauvage, faisant partie de sa propre meute. Les humains les chassant, ils essaient alors de parvenir jusqu’à une terre promise, où ils pourront vivre heureux, loin des hommes.

Le style d’animation de ce film peut dérouter au départ, mais on s’y fait assez vite, et même si ce n’est pas un Miyazaki, les dessins sont au final bien fait. L’histoire est simple mais bien écrite. L’émotion est présente, à la fois dans la tristesse et dans l’humour. Ah, et je ne pensais jamais voir un chien faire du kung-fu, mais il faut croire qu’il suffisait de voir ce film.

Note : 8/10  –  Un film vraiment sympathique, très bien pour la famille.

 

 

Les Parfums –  réalisé par Grégory Magne

Avec Emmanuelle Devos et Grégory Montel –  Sorti le 1er juillet

Un chauffeur privé souhaitant obtenir la garde partagée de sa fille doit conduire un Nez, c’est-à-dire une personne dont le sens de l’odorat est extrêmement performant, et qui bien souvent est à l’origine de la création des parfums et autres senteurs diverses et variées de la vie de tous les jours. Mais sa cliente n’étant pas particulièrement aimable et sociable, ce n’est pas particulièrement facile…

Le métier de Nez est fascinant, et j’en avais déjà entendu parler grâce au roman L’étrange voyage de Monsieur Daldry de Marc Levy, alors je suis content qu’un film sur le sujet ait été fait. L’histoire est convenue mais intéressante, la relation entre les deux personnages principaux est bien développée et sympathique à suivre. Celle entre le chauffeur et sa fille est très attendrissante, et l’actrice douée pour son jeune âge. La fin du film est plutôt belle.

Note : 8/10  –  Intéressant.

Rendez-vous la semaine prochaine pour une nouvelle sélection de films, en attendant, retournez au cinéma !

Par Marcelo Engelo